lundi 2 décembre 2013

"ENTRETIEN AVEC LE SILENCE"


Par Frédéric Hurteau M.Ps
Spécialiste en psychologie et en counselling transpersonnel


À l'âge de 16 ans, j'ai pris rendez-vous pour la première fois avec le silence.

C'est en désespoir de cause que j'ai été à sa rencontre, à la suite d’un premier chagrin amoureux. Ne sachant où donner de la tête, ayant l'impression que tout mon univers s'écroulait, me sentant rejeté et abandonné, je décidai d'aller me réfugier dans un monastère, là où je pourrais me sentir protégé et entouré.

Aucune fuite possible

Quel choc terrible m’y attendait ! Me retrouver en silence, face à moi-même, en l'absence du bruit et des distractions habituelles, avec pour seule compagnie le temps qui ne semblait plus avoir de références.

« L'idéal du calme est dans un chat assis. Le calme est l'allié de la sérénité. Il est le propre de ceux qui vivent en accord avec eux-mêmes. Nul n'est besoin d'évoluer dans le bruit et le fracas pour se sentir exister. Il faut être seul pour s'apaiser et se retrouver dans le calme de la solitude. »
Jules Renard

Les quarante-huit premières heures me parurent une éternité ; le temps semblait s'être arrêté. J'avais l'impression de voir surgir des images et d'entendre des sons insolites. Je me sentais au bord de la folie… Puis le passage se fit et les résistances tombèrent. Je fis mon entrée sur le doux territoire du silence, un lieu d'inspiration, de paix et de compassion. Cet environnement de silence permit à mon esprit de contemplation de s'élever au-dessus de la douleur, du sentiment de trahison et d'abandon et du désir de posséder l'être aimé. Et doucement, tout doucement, tout fondit dans le temps.

Carpe Diem

Dans la majorité des cultures, on retrouve quatre universels de guérison : la danse pour le corps, le chant pour le cœur, les contes et légendes pour la pensée et le silence pour l'âme. Le silence donne à l'ego la perspective nécessaire pour que s’installe une vision claire, élargie, une lecture en profondeur, au-delà de la grande souffrance qui accompagne souvent le passage des moments initiatiques de la vie. Enveloppé de silence, un chagrin d'amour, une perte ou une séparation, une épreuve ou l’annonce d’une maladie prennent un sens différent. Une deuxième lecture devient alors possible, la douleur s'allège.

Inviter le silence à sa table

Les peuples des brumes des montagnes d'Asie du Sud-est me rappellent annuellement cette nécessité d'être en silence pour mieux voir, entendre et savourer l'environnement naturel dans l'ici et maintenant du CARPE DIEM ! Les paroles, les mots, le raisonnement diluent trop souvent l'intensité de l'émotion des messages du cœur et du vécu dans toute sa profondeur. Dans l’univers du silence, sans mots, ni paroles, des relations intimes s'amorcent, des contacts vrais. C'est la rencontre des âmes.

De toute façon, dites-moi, quels seraient les mots justes pour démontrer son émerveillement devant un paysage qui nous coupe le souffle ou encore pour décrire tout l’amour que l’on ressent envers l’être aimé? Le silence permet le passage de l'énergie intérieure sans aucune interférence explicative. C’est ce que l’on appelle les tendresses et les délicatesses du silence - point neutre - lieu de « non-respir » entre le moi intérieur et le moi extérieur.

« Comme c'est le caractère des grands esprits de faire entendre en peu de paroles beaucoup de choses, les petits esprits au contraire ont le don de beaucoup parler, et de ne rien dire. »
La Rochefoucauld.

Voie royale de la connaissance

Pour Carl Jung, le silence est la voie d'accès à l'héritage de l'inconscient collectif et à ses ressources créatrices infinies. C'est la fusion avec l'Univers. Il favorise la manifestation de l’intuition, voie royale de la connaissance innée. L'intuition, à son tour, donne accès à la vérité au-delà des frontières de la raison. Les réponses étant inscrites à l'intérieur de nous, il suffit simplement de les écouter dans la quiétude du silence.

L’être humain qui invite doucement le silence dans sa vie développe l’inspiration créatrice qui pourra le conduire à sa pleine réalisation. Et comme cette inspiration émerge souvent dans le silence de la nuit, il faut être prudent au réveil afin que la raison ne vienne pas saboter, par le biais de l'analyse et de la critique, les cadeaux déposés à notre porte par la créativité onirique !

« L’affaire n’est pas de trouver mes mélodies mais plutôt de ne pas les piétiner le matin en sautant hors du lit. »
Jean-Sébastien Bach

« La connaissance intuitive est un éclair qui jaillit du silence et tout est là, ni plus haut ni plus profond, en vérité, mais juste là, sous nos yeux mêmes, attendant que nous devenions un peu plus clairs. Ce n'est pas tant la question de s'éduquer que de se libérer des obstructions. »
Sri Aurobindo

À quand remonte votre dernier entretien avec le silence ?

Expérimenter le silence demande discipline et pratique. C’est réapprendre à vivre en faisant des expériences simples, en nature par exemple : l’espace de quelques instants, concentrer toute notre attention sur nos sens que sont la vue, l'ouïe ou l'odorat. En faisant cela quotidiennement, nous changeons notre rapport au monde : nous entendons notre respiration, l'inspiration - notre choix de vivre - et l' expiration - le lâcher prise sur nos peurs. La nature nous ramenant à l'essence de la vie, la voie du silence devient grandiose, voire musicale.

« Vois-tu, Gilles, dans le bois, hé ben... quand on parle tout le temps, on voit rien ! »
Gilles Vigneault

La Vie au-delà des mots

Dans le voyage humanitaire de silence et de compassion que je vis à chaque hiver en Asie, le silence est essentiel pour apprécier, voir, entendre, sentir et goûter. Les paroles et les commentaires devant l'inconnu sont souvent futiles et ne servent qu’à établir des comparaisons boiteuses avec l'expérience vécue passée ayant simplement pour but de trouver des références rassurantes par rapport à l'inédit et à l'inconnu.

« Les pensées sont comme des nuages; elles nous cachent le ciel bleu et limpide. Elles sont, en outre, un empêchement au silence. Sans doute le silence primordial contient-il un son, ou un mouvement, mais ceux-ci sont partie intégrante du silence. Quand on est silencieux, il n'y a ni entité, ni dissipation, ni agents perturbateurs. Il n'y a qu'intégration parfaite de l'être de plénitude. »
V.-R. Dhiravamsa

En Asie, le mystique et le sacré font partie intégrante de la culture. Pour se saluer, on fait le « wai » qui est un geste de paix. À chaque jour plusieurs instants sont consacrés à la prière et le silence fait partie du quotidien.

En Occident, on attend souvent le décès d'une personne pour partager avec elle une minute de silence.

Le silence est une ressource extraordinaire, une nourriture qui apaise. Lorsqu'on cherche les mots pour encourager, supporter ou consoler, pourquoi ne pas inviter le silence ?
Lui seul peut atteindre dans son essence le cœur et l'âme de l'autre.

« Rappelez-vous que le silence est parfois la meilleure des réponses. »
XIVe Dalaï Lama

POUR MIEUX LE CONNAÎTRE

Fondateur du Centre de Psychologie Transpersonnelle du Québec en 1985, Frédéric Hurteau est conférencier et formateur au Québec, en France et en Asie. En plus d'offrir la thérapie transpersonnelle et le Jeu de Sable au Québec, chaque hiver, en février, il accompagne en Asie du Sud Est – en Thaïlande, au Laos et au Cambodge - un petit groupe dans un voyage de silence au cœur des gens. L'été, il offre Quête de Vision et Chamanisme, un atelier de dix jours en pleine nature. Il a enregistré douze conférences audio sur cassettes.

Page Psycho-Ressources de Frédéric Hurteau
Pour le joindre: Tél. : (450) 227-7070
Site web : www.psychologietranspersonnelle.com
Le Centre de Psychologie Transpersonnelle du Québec
C.P. 72, Ville de Saint-Sauveur, Québec JOR 1RO
Tél. : (450) 227-7070

Enregistrer un commentaire