jeudi 1 mai 2014

"PHYSIQUE QUANTIQUE ET CONSCIENCE"


Depuis environ un siècle, la physique quantique, l’astrophysique et les sciences humaines donnent une lecture ouverte de l’Univers, de la matière et de l’être humain. Toutes les cultures constatent une pluralité des mondes. Certains sceptiques relèguent dans un condescendant espace du merveilleux toute opinion qui inclut une réalité autre que notre réalité phy­sique, en clair l’existence des mondes dits invisibles est considérée comme farfelue. Car tout ce qui n’est pas visible et dé­montrable relèverait du domaine de l’imaginaire… Or la réalité dépasse la fiction depuis que les dernières découvertes ont mis en évidence l’existence de forces et de mondes parallèles in­visibles !

Les recherches en astrophysique, en cosmologie et en physique quantique décrivent l’infiniment grand en relation avec l’infiniment petit. La matière subatomique structure notre corps et notre monde dans une combinaison d’états ayant des probabilités à l’existence, cette organisation quantique est sensible à l’action de la pensée humaine et fonctionne au-delà de la vitesse de la lumière. La physique quantique permet aussi de modéliser autant la matière que l’esprit, autant le microscopique que les processus biologiques que ceux des champs d’ondes informationnelles. La mécanique quantique décrit la matière comme étant en même temps onde et matière physique, et l’on peut juste prédire par formules mathématiques (des ondes de probabilités) sa tendance à l’existence en tant que matière physique.

Ce qui signifie, entre autres choses, que le substrat de la matière est lié à une énergie qui  la complète. Depuis la mise en évidence de la matière noire et de l’énergie noire en 2007, on constate que la matière physique normale est sous-tendue par d’autres forces incluant suffisamment d’information (gravitationnelle, quantique) pour qu’un champ informationnel organisé structure l’univers.

En ce sens, les données reçues de la sonde Planck et la photo de la toute première seconde après le Big Bang nous renseignent sur la cohérence de l’Univers. Dans cette zone de temps proche du Mur de Planck situé à 10ˉ⁴³ seconde, les astronomes y ont observé les premiers instants de la gravitation primordiale de notre univers. Pour le moment, seules de puissantes modélisations mathématiques peuvent nous renseigner sur l’avant Big Bang mais la plupart des astrophysiciens admettent maintenant la théorie du multivers : un univers existait déjà avant le Big Bang et donc avant la naissance de notre univers. L’énergie, l’information, les constantes universelles fondamentales existaient avant le Big Bang et se transfèrent d’un univers à l’autre comme un héritage qui permet à l’univers suivant de se complexifier davantage dans une forme d’évolution par cycles.
Peut-on penser que l’énergie noire est liée directement à l’énergie de la conscience ?

L’observation des premiers instants de notre univers révèle la présence de la constante cosmologique découverte par Albert Einstein qui est la théorie-mère de l’énergie noire. Et 380 000 ans après le Big Bang nous en constatons l’effet structurant grâce aux observations du satellite  Planck. L’étude de l’énergie noire et de la matière noire n’en est qu’à ses débuts. Tout à commencé par le constat de la masse manquante de l’univers qui démontre que le niveau macroscopique est en lien avec le ni­veau microscopique. Depuis 1980, les astrophysi­ciens essaient de mesurer « le poids » de l’univers.

L’astrophysique nous apprend une chose absolu­ment effarante : la matière atomique ordinaire qui constitue nos corps, notre environnement, nos pla­nètes, les soleils, les gaz et les poussières stellaires ne constitue que 5% de la masse de l’univers.

Il reste :

- 26%  de matière noire non visible à nos yeux et aux instruments, appelée ainsi matière noire car dif­ficile à percevoir et à quantifier réellement. Saviez-vous que cette masse invisible, appelée matière noire, structure en spirale notre galaxie, la voie lac­tée ? Cette matière, détectée indirectement et pas encore visible, maintient notre galaxie grâce une sorte de super­structure invi­sible, comme le squelette constitue la char­pente du corps humain. Sans la présence de cette matière noire, notre galaxie s’écroulerait sur el­le-même.

- 69% d’énergie noire. L’énergie noire est du vide rempli d’énergie, un champ d’énergie pure anti-gra­vitante qui accélère l’expansion de l’univers. L’astrophysique tend à considérer l’énergie noire comme une 4ème dimension spatiale repliée sur elle-même donc difficilement détectable mais fondamentalement agissante. C’est du vide contenant de l’énergie à un taux excessive­ment faible. Sa valeur microscopique mesure 0,122 zéros avant le chiffre 1 !!! (10ˉ¹²²g/cm³)

► La faible valeur de l’énergie noire n’empêche pas son action fondamentale sur le champ gravitationnel de l’univers en même temps qu’au niveau subatomique. On se retrouve donc de plain-pied dans la physique quantique…

► La théorie des cordes désigne l’énergie noire comme partenaire gravitationnel obligatoire : évidemment à cette échelle infiniment petite la mécanique quantique intègre cette énergie noire qui agit donc également au cœur de l’atome et des ondes car, selon la théorie des cordes, l’énergie noire se trouve liée intimement au fonctionnement des neuf dimensions des cordes qui s’affranchissent de l’espace-temps (9 dimensions repliées + 2 espace-temps « dépliées »).

► Comme cette même énergie noire gère aussi la gravitation cosmique, on se trouve face à une force infinitésimale qui gère l’infiniment grand en même temps que l’infiniment petit !!!

Le substrat de la matière et du cosmos est donc lié à une énergie noire infinitésimale qui la structure et la sous-tend. Effectivement l’aléatoire semble régner en maître, mais, MAIS les physiciens probabilistes ne veulent pas voir cinq principaux arguments qu’ils rejettent car, à leurs yeux, ce ne sont que des hypothèses qui ne sont pas démontrées :

1/ la cohérence de l’univers (c’est démontré mais pour d’obscures raisons, ils en nient les arguments)

2/ la fonction de l’énergie noire (ou Constante cosmologique d’Einstein) dont souvent ils nient l’existence

3/ l’organisation sinon intelligente, du moins structurée et structurante des ondes informationnelles

4/ l’unicité hologrammique de l’univers

5/ l’existence de champs informationnels

C’est à se demander alors pourquoi de nombreux labos à travers le monde, dotés de centaines de millions de dollars de budget travaillent activement sur ses cinq points. Au contraire des physiciens probabilistes qui estiment que l’incertitude et le hasard semblent organiser la matière et le monde, les déterministes constatent bien au contraire que parmi des milliards de combinaisons possibles, dans un apparent chaos désordonné et pourtant dans une forme d’auto-organisation intelligente, surgit toujours la solution la plus adéquate à l’harmonie et à la survie du système. Au fond de la matière, il y a l’énergie, au fond de l’énergie il y a de l’information organisée.
La Théorie des cordes : La mécanique quantique régit 3 forces qui peuvent s’unir dans des conditions extrêmes

    - l’interaction forte qui colle les particules les unes aux autres,
    - l’interaction faible qui gouverne la radioactivité,
    - l’électromagnétisme qui produit la lumière et l’attraction magnétique.

La quatrième force, la gravitation, peut se trouver unie aux autres à un niveau quantique par les cordes.

La théorie des cordes du Pr Veneziano et la théorie des supercordes du Pr Witten permettent à la mé­canique quantique d’intégrer également la 4ème force, celle de la gravitation, au cœur de l’atome par l’intermédiaire des fameuses cordes. Les cordes sont des filaments d’énergie de trois sortes : des brins, des boucles fermées et des boucles ouvertes vibrant à de très hautes fré­quences dans l’infiniment petit.

→ Comme les cordes d’un violon, elles émettent de l’information sous forme de vibrations harmoniques qui s’articulent autour de 11 dimensions spatiales repliées à l’intérieur de chaque corde. Ces vibrations harmoniques assignent une masse et une forme spécifique à chaque particule à une vitesse supra-lumineuse qui se déplace le long de couloirs quantiques, les trous de ver qui relient instantanément deux endroits de l’espace.

Les fluctuations gravitationnelles quantiques forment une écume quantique constituée de trous, de pics, de creux, de vagues : c’est un monde d’agitation frénétique où règnent l’impermanence et la création sans re­lâche de millions de combinaisons entre particules à l’échelle de Planck-Wheeler, dans une dimension de 1,62x10ˉ³³ cm.

→ Donc les cordes encodent en permanence les particules qu’elles constituent. Ces vibrations éner­gétiques des cordes forment un champ qui constitue les quarks. Rappelons que les quarks sont les parti­cules qui forment les neutrons et les protons qui eux-mêmes forment le noyau de l’atome.

En aucun cas, les scientifiques ne veulent effectuer une comparaison ou un rapprochement entre énergie spirituelle et énergie noire, mais de plus en plus de chercheurs s’orientent vers une validation de la non-séparabilité de l’univers, l’action prépondérante de la supra-luminosité qui induit l’unicité hologrammique de l’Univers et la nécessité d’une cohérence de l’Univers par l’intermédiaires de champs informationnels structurés et structurants.   Dans les milieux scientifiques on considère que de très nombreuses observations et découvertes actuelles dans tous les domaines de la science, de la médecine, de la métaphysique ne peuvent plus être expliquées dans le cadre de la pensée relativiste actuelle, il devient impératif de changer le cadre théorique fondamental de notre pensée.

Nous vivons donc actuellement un changement de cadre de pensée aussi profond et novateur que l’a été le paradigme de la révolution copernicienne au sortir du Moyen-Age. La pensée quantique est ce nouveau cadre de pensée qui provoque de fortes turbulences dans toutes les sciences et dans toutes les disciplines comme la médecine, la philosophie, le rapport à la mort, l’éducation, le sport, l’art, la politique, l’économie, les faits de société, les médias, la religion, le monde du travail.


Didier-Robert Doncy

Pour aller plus loin:  http://lesgrandesquestionsdelavie.over-blog.com/2015/07/physique-quantique-et-metaphysique.html


Enregistrer un commentaire