mardi 5 février 2013

"JACQUES VIGNE L'INDE INTERIEURE"


Il faut être conscient de l'importance du regard affûté que porte Jacques Vigne sur l'Inde d'hier et d'aujourd'hui du fait de son rôle de témoin privilégié : imbibé de culture et de spiritualité hindoue mais aussi bouddhique, chrétienne, juive et musulmane, homme de recherche et de vérité, ermite dans les montagnes de l'Himalaya une partie de l'année et voyageur itinérant dans l'ensemble du subcontinent indien l'autre partie, disciple de maîtres authentiques, c'est aussi un médecin de l'âme et un scientifique qui reste connecté aux dernières recherches biologiques et psychiatriques par internet.
Dans ce livre il parle de l'esprit religieux de l'Inde, du polythéisme et du monothéisme, des yogas, de la réincarnation, des renonçants, des castes, des dieux et déesses et de leur symbolisme, des mandalas, mais aussi de psychiatrie et de méditation, de l'enseignement du Bouddha et de sa transmission jusqu'à aujourd'hui, qui a répandu l'essence même de l'esprit en Inde, en Asie d'abord puis dans le monde entier au 20è siècle. L'ensemble est émaillé de réflexions sur la spiritualité de notre temps et de demain. Un très grand livre, un puissant témoignage.

Présentation vidéo :

Extrait :

L'Inde intérieure est un bien vaste sujet.
Au moment où je relis ces lignes avant publication, 
cela fait une vingtaine d'années que je vis en Inde, à l'intérieur de l'Inde extérieure si je puis dire. Par ailleurs, le fait même que je sois dans un milieu traditionnel pour recevoir l'enseignement du Yoga et du Vedânta signifie que j'aspire à connaître l'Inde intérieure. . . de l'intérieur.

Pour la rédaction de mon premier livre, {Le Maître et le Thérapeute},
j'ai fait un travail sur le terrain qui m'a emmené un peu partout en Inde durant les quatre années où j'ai préparé cet ouvrage. Depuis, je voyage surtout en moi-même grâce à la méditation, mais l'Inde est là autour de moi, je baigne dedans et le journal que je lis souvent en hindi me donne une perception relativement directe du pays.

Se souvenir du Soi

On sait que les hindous ne désignent pas leur religion sous l'appellation d'hindouisme mais de sanatana dharma, c'est-à-dire de loi éternelle. Le même terme sanatana est appliqué à l'Atman, au Soi, dans la Bhagavad-Gitâ par exemple. Ce Soi est au centre de l'Inde intérieure. Même le Bouddha qui insistait sur l'impermanence reconnaît qu'il y a un non-conditionné, un non-né grâce auquel on peut sortir du monde de la naissance et du conditionnement 394. Quand il dit que les objets extérieurs comme intérieurs ainsi que le mental sont dépourvus de Soi, il n'a pas de démarche fondamentalement différente de celle des Upanishad qui amènent le disciple à comprendre progressivement que le Soi est au delà du corps, du prâna, du mental, etc.

De plus, le bouddhisme mahâyâna, avec les notions de dharmakâya (corps de dharma) ou de tathâgata-garbha (matrice de « Celui qui a été ainsi », c'est-à-dire le Bouddha), se rapproche encore plus de la conception upanishadique du Soi.Dans la Gitâ (VIII, II) , Krishna déclare à Arjuna :

{"Cela" dont parlent les connaisseurs des Veda

"Cela" dans lequel pénètrent les ascètes aux passions dépassées,

"Cela" pour le désir duquel on suit la voie du brahmâchârya

brahmâchâryam charanti

Ce but,je vais te l'évoquer en bref}

L'Inde intérieure a bénéficié d'une stabilité considérable en bonne partie à cause de sa capacité à ce concentrer sur « Cela », quel que soit le nom qu'on lui donne, quels que soient les rituels, méditations et sâdhanâ par lesquels on y arrive. Il faut bien comprendre que ce « Cela » n'est pas un simple objet de discussion philosophique et savante, mais l'objet d'une recherche passionnée, comme le Divin l'est dans la voie de la dévotion. Ainsi, le Soi des mystiques de l'Inde est bien différent du Soi des psychologues jungiens, qui est en théorie un élément important de l'appareil psychique mais sur lequel, en pratique, ils oublient le plus souvent d'insister, ayant l'esprit trop occupé par les complexités sans fin de la cure analytique et de l'analyse des rêves ainsi que des archétypes. Le Soi est ce qui rend possible le fonctionnement mental et non pàs l'objet de conscience. " Ce n'est pas ce que l'on voit ".

L'inde intérieure - Jacques Vigne - éditions du Relié


Enregistrer un commentaire