samedi 8 février 2014

" LES TECHNIQUES CORPORELLES DE L’EXTASE"



par Marc-Alain DESCAMPS

Tout le monde rêve d’extase et voudrait en avoir une au moins une fois dans sa vie. Mais comme on ne sait pas bien ce que c’est, on se contente d’en rêver, d’en parler ou d’en bavarder entre amis. Il est vrai que toutes les religions sous leurs différents noms (Eveil, Royaume de Dieu, Samadhi, Satori, Béatitude, Enstase …) ont présenté cela comme très difficile et réservé à une toute petite élite.

L'extase est le bonheur suprême dont tout le monde rêve. Et faute d'y atteindre l'humanité se contente d'un orgasme, d'une activité sexuelle ou d'une cuite. Ou bien on prend "l'extasy", la pilule du bonheur, puis toutes les autres drogues qui font entrer dans l'enfer de la déchéance. Actuellement, tout le monde est pressé et souhaite un résultat aussi automatique qu’avec une radio ou un téléphone portable.
Nous cherchons tous ce que nous sommes venus faire sur terre : nous sommes venus nous réaliser et manifester l’invisible. Chacun rêve de déployer pleinement ses possibilités de réaliser pleinement les différentes dimensions de son être.  Tout le monde y est appelé même les plus démunis. Seulement certains se trompent et choisissent à la place les paradis artificiels de la drogue, de l’alcool, du sexe, de l’argent … mais derrière cette déshérence il y a un appel intense.

Pourtant l’extase est bien la vocation naturelle de l’homme, elle est l’état normal dans lequel il devrait vivre tout le temps. Tous ceux qui l’ont éprouvée l’ont dit : on ne la découvre pas, on la reconnaît, on était avec elle depuis l’origine des temps (Suso, Tauler, Angelus Silésius ...). Elle est le retour dans l'Amour parfait.

Se produit un détachement des sens qui fit rompre toute communication avec l’environnement. La personne est là et n’est pas là. Elle ne répond pas quand on lui parle et paraît absente. On a du mal à la faire revenir à la réalité extérieure. Elle  n’est pas morte, elle n’est pas dans le coma, elle n’est pas évanouie. Mais il y a abolition de la sensibilité et de la motricité. Elle n’a pas de sensations, ni de mouvements volontaires, les fonctions vitales sont ralenties et le visage a une expression de joie sublime.

L’intériorité est bien plus difficile à décrire car le premier caractère de l’extase est qu’elle est ineffable. La concentration a produit une attention extrême qui finit par stopper les idées. Alors de l’intérieur monte une joie totale.
Pour les chrétiens l’extase a été définie comme le dialogue amoureux entre l’âme et Dieu.  La science a voulu savoir ce qu’il en était et si quelque chose pouvait être répété à volonté, de préférence en laboratoire, pour aboutir à des mesures objectives. Ce qui n’a été pendant longtemps qu’un dialogue de sourds entre les religieux et les savants.

Un éclaircissement est venu des autres religions particulièrement celles de l’Orient. Pourtant de l’Orient est venue la méditation, qui a permis d’importantes études objectives par l’EEG puis par l’IRM, liées à une cartographie du cerveau.

   Ce livre est d’abord une véritable Anthologie de l’Extase, qui rassemble les témoignages et les récits les plus authentiques dans toutes les voies spirituelles de l’humanité, du Taoïsme à l’Hésychasme, du Tantrisme au Zen. Par là même il nous donne un avant-goût du bonheur.

De plus il fournit une réflexion avancée sur les techniques corporelles que chaque civilisation a employées pour avancer dans la voie de l’extase. Ce sont les technologies du Sacré qui ont été gardées secrètes pendant si longtemps. On voulait tellement que tout provienne de la Grâce de Dieu que l’on a minimisé et caché tout ce qui pouvait provenir de l’homme. De plus par somatophobie, ou haine du corps, l’universelle technique chrétienne a été l’ascèse, la souffrance de son corps par participation aux souffrances de la crucifixion. Les autres voies, et spécialement celle de l’Orient, ont contribué à une réhabilitation du corps, puis à un refus de l’opposition corps/âme.

Alors sont apparues les nouvelles techniques de l’immobilité, l’isolation sensorielle, la relaxation, l’hyperventilation, la répétition verbale, le chant harmonique, le yoga du son, le tournoiement, la concentration sur un dessin centré ou sur la flamme d’une bougie, les visualisations, le rêve lucide, les sorties hors du corps, l’écoute du cœur, les conduites ordaliques et les situations paroxystiques, la marche sur le feu et la luminescence, les centres d’énergie corporelle, la montée de la kundalini, etc...
   
Pour plus de détails lire :

"Les techniques corporelles de l'extase" Marc-Alain Descamps


Enregistrer un commentaire